article crée le 11/03/2020, dernière modification le 12/03/2020

Témoignage

Découvrez le témoignage de Laurence VILA, bénéficiaire CAP EMPLOI qui a créé son entreprise dans l’assistance et le bien être des personnes âgées.

Tout d’abord, pouvez-vous nous en dire davantage sur vous et votre parcours ?

J’ai démarré dans la vente, puis suite à mon accident j’ai voulu m’occuper des personnes âgées. Ma mère était sous directrice d’un foyer pour personnes âgées. J’ai été auxiliaire de vie en EPHAD et à domicile. J’ai passé mon diplôme d’animatrice en gérontologie, un CAP d’esthétique et soin du corps, j’ai un niveau BTS SP3S (sanitaire et social). J’ai vécu mon accident comme quelque chose de positif qui m’a permis de rebondir. En faisant ce qui me plait, c’est-à-dire m’occuper des personnes âgées, j’en oublie mon handicap.

Quel métier exercez-vous aujourd’hui ? Quelle est le secteur d’activité de votre entreprise ?

Mon rôle est d’accompagner les personnes âgées dans les démarches administratives, numériques, les sorties, les promenades, les rdv médicaux et de leur apporter du bien être (modelage des pieds, des jambes, et des mains).

Quand et comment avez-vous eu l’idée de créer votre entreprise ? Comment vous y êtes-vous prise ?

Quand j’ai travaillé en tant qu’auxiliaire de vie, notre planning ne nous permettait pas de bien nous occuper des personnes à cause des horaires et du stress. J’ai donc pris RDV avec l’AKSIS afin d’exposer mon projet, qui a d’ailleurs été apprécié, puis je me suis lancée et me suis déclarée comme auto entrepreneuse.

Que pouvons-nous vous souhaiter pour la suite de votre carrière professionnelle ? Avez-vous d’autres projets ?

Une grande réussite, recréer du lien social avec les personnes âgées, et accroitre mon entreprise pour recruter une personne, en outre ma fille qui est compétente dans ce domaine.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes reconnues travailleurs handicapés qui n’osent pas se lancer dans l’auto entreprenariat ?

Il ne faut pas s’écouter et transformer le négatif en positif. Se lancer dans l'auto entreprenariat ce n'est que du positif. De plus, nous ne sommes pas jugés puisqu'on se lance seul dans notre propre projet. Personnellement, le fait d'aider des personnes m'apporte beaucoup de bonheur.


Les partenariats