article crée le 29/01/2021, dernière modification le 29/01/2021

LES PORTRAITS DE CAP EMPLOI 14 : JANVIER 2021

Il est temps de vous partager le 1er portrait de l'année 2021 !
L'un de nos bénéficiaires, qui souhaite rester anonyme, à accepté de témoigner et nous livre ici un petit morceau de son parcours de vie.
En espérant que cela puisse vous inspirer et donner la force aux personnes qui se trouvent dans une situation similaire de croire en leurs projets.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours de vie et votre handicap ?

Je me suis très vite dis que quelque chose « clochait » chez moi, je me sentais diffèrent, pas meilleur, loin de là mais en tout cas pas à ma place ou du moins on ne voulait pas me donner une place. J’ai donc souffert des années durant, dans le plus grand des silences, sans rien montrer à qui que ce soit. On prenait mon attitude distante comme du sérieux…Tout le long de ma vie je me suis retrouvé dans un climat d’injonctions paradoxales qui m’a cassé petit à petit, et un environnement très difficile. J’étais anxieux en permanence et je n’avais aucun endroit ou moment pour pouvoir souffler. Je n’ai pas vraiment été en échec scolaire mais plutôt en échec social, ce qui ne m’a pas empêché d’obtenir mon bac et de commencer des études universitaires, qui n’étaient pas faites pour moi à l’époque. Puis, est venu le soin, au départ c’était compliqué. Il faut, pour être aidé, pouvoir être aidé et vouloir être aidé. Cela m’a pris du temps, et aujourd’hui ca va mieux. J’ai rencontré les bonnes personnes et fait les bonnes médiations, mon processus de rétablissement est donc bien avancé. Le fait d’avoir obtenu un logement m’a également beaucoup apporté. Tout ceci, toutes ces nouvelles rencontres enrichissantes m’ont permis de reprendre confiance en moi et surtout en l’autre.

Après avoir été reconnu travailleur handicapé, quelle a été votre stratégie ? Avez-vous tout de suite fait appel à CAP EMPLOI ?

Il est important de noter que les usagers de la psychiatrie ne font pas souvent valoir leurs droits en ce qui concerne les dispositifs qui existent, notamment Cap emploi, la RQTH, les orientations MDPH. On est avant tout sur le soin, le soin sur le long terme et on pense rarement aux bienfaits d’une reprise d’études ou de travail. Souvent on a peur de ne plus avoir de « situation stable » sans l’AAH. Il m’a fallu du temps pour entreprendre de me remobiliser pour construire un projet de vie. Il faut un suivi global comprenant entre autres un projet professionnel, un lieu de vie pour s’épanouir, et permettre ainsi l’inclusion.

Comment se passe votre parcours de recherche d’emploi ? Avez-vous effectué des formations ?

Ce qui était important pour moi, mais aussi pour Cap Emploi, c’était de définir un projet. Également de voir s’il n’y avait pas de restrictions particulières ou d'aménagements à prévoir. J’ai donc vu une psychologue du travail ce qui a permis, en plus de mes remarques, à la conseillère de mieux me connaitre. J’ai vocation à travailler dans le domaine du médico-social, et j’ai entrepris cette année l’entrée dans la prépa « oasis handicap », en partenariat avec CAP EMPLOI. Je n’oublie pas également le projet de médiateur de santé qui m’intéresse fortement. Je tiens à préciser que pour moi, mon parcours de vie à y réfléchir n’est pas à être vécu comme un ensemble d’échecs, mais bien comme une somme d’expériences, une forme de résilience qui ont fait ce que je suis aujourd’hui. Et je trouve que je ne suis pas mal. Avant que le projet prépa arrive il était question de m’orienter vers L’ADAPTE et de construire le projet permis de conduire que j’ai mis en pause.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes reconnues travailleurs handicapés actuellement en recherche d’emploi ?

Je pense qu’il est important de faire valoir ses droits. Il y a de nombreuses aides possibles, qu’elles soient matérielles ou humaines. Les difficultés rencontrées et le fait de les surmonter représente une force que les employeurs sous-estiment mais que nous ne devons pas oublier. Il faut avant tout croire en soi et en ses projets, notamment avec le suivi personnalisé de Cap Emploi et leur expertise en ce qui concerne l’emploi des personnes en situation de handicap.

Quels sont vos projets ? Que pouvons-nous vous souhaiter pour la suite de votre carrière professionnelle ?

Aujourd’hui j’hésite encore à un futur en tant que médiateur de santé et moniteur éducateur, ou éducateur spécialisé. Je pense également à commencer la conduite car le permis est très important aujourd’hui. Si vous qui lisez cet interview recherchez une personne en alternance dans les domaines du social signifiés précédemment, ou si vous êtes une unité médicale cherchant un médiateur de santé dans le domaine psychiatrique, je me tiens à votre disposition. Vous pouvez me contacter via Cap Emploi.


Les partenariats